Chefraled in Vitraux

Artisan du Vitrail en Provence

Contactez-nous

les actualités de l’atelier Chefraled in Vitraux à Monteux dans le Vaucluse

FrédéricSchendel (credit FannySartory)
Article sur Pronto Pro blog
Publiée le jeudi 16 janvier

Article de Denise Pion "Il aura suffit d’un regard pour que Frédéric Schendel tombe amoureux de l’Art vivant du Vitrail. Cela se produisait en 1990 auprès des fabuleux vitraux du XII & XIII siècles du musée de Cluny à Paris. Il va donc en apprendre les fondamentaux grâce à un maître verrier. S’il continue son chemin en autodidacte (grâce notamment aux ouvrages de la bibliothèque Forney dans le Marais) pendant un moment, il va quand même peaufiner ses techniques à Barcelone puis à Prague"... 

prontoproblog

Il aura suffit d’un regard pour que Frédéric Schendel tombe amoureux de l’Art vivant du Vitrail. Cela se produisait en 1990 auprès des fabuleux vitraux du XII & XIII siècles du musée de Cluny à Paris. Il va donc en apprendre les fondamentaux grâce à un maître verrier. S’il continue son chemin en autodidacte (grâce notamment aux ouvrages de la bibliothèque Forney dans le Marais) pendant un moment, il va quand même peaufiner ses techniques à Barcelone puis à Prague. 

Pendant les dix années passées à Prague, il a tout d’abord appris et participé à des restaurations du patrimoine tchèque (comme la cathédrale Saint Guy & le château présidentiel) dans le vénérable atelier de la famille Jiřicka. « J’ai ensuite créé mon propre atelier Chefraled in vitraux d’abord à Plzen puis dans le coeur historique de Prague”, dit-il. Lorsque Frédéric revient en France il s’installe dans la Traversée des Arts de Monteux. Il y est depuis 5 ans. Il travaille seul, mais reçoit des stagiaires de temps à autres. 

“Mes trois activités principales sont la restauration de vitraux civils et religieux, la création de vitraux sur mesure en particulier pour la décoration d’intérieur et enfin je propose des cours d’initiation aux différentes techniques du vitrail que sont le plomb, le cuivre, le fusing et bientôt la grisaille”, explique t-il.

Votre maison est-elle dotée de vitrail fait par vous?

Effectivement dans mes logements successifs j’ai expérimenté différentes formes de vitrail  : luminaires, miroirs ou des panneaux pour des fenêtres notamment entre deux pièces pour apprécier les compositions sur leurs deux faces.

 

Quels sont les matériels et outils nécessaires à un artisan du  vitrail?

L’outillage est assez sommaire comme je le dis souvent à mes élèves qui souhaitent s’équiper  : un coupe verre, une pince à gruger, une pierre à aiguiser pour neutraliser les arêtes vives du verre fraîchement coupé permettent déjà de travailler convenablement à condition de respecter les bons gestes . En revanche pour enrichir sa palette de compétences, il est nécessaire de constituer un stock de verres variés et de profils de plomb (de rubans de cuivre, de soudure d’etain et la chimie correspondante) et d’avoir une meuleuse électrique pour préparer au mieux les verres avant le sertissage. Si les conditions financières le permettent, un atelier peut investir dans du matériel de peinture grisaille et un four pour fixer ses créations et explorer les possibilités du fusing.

 

Qu’est-ce que vous aimez dans votre travail? Quelle est l’oeuvre qui vous rend le plus fière?

Le mot clé est la transparence car c’est réellement ce qui rend le vitrail unique et en constante évolution. J’aime notamment concevoir des vitraux « de nuit » ou des oeuvres « mises en tension lumineuse » avec des sources de lumière variées.

Récemment j’ai ainsi eu la chance de travailler pour une chapelle désacralisée dédiée aux expositions d’ Art à Monteux ( la chapelle des pénitents noirs en photo).  En plus de ramener de la clarté dans ce lieu précédemment pourvu de fenêtres aux verres jaunes qui filtraient la lumière, je me suis chargé de créer des vitraux sur le thème de la Miséricorde, visibles de jour…comme de nuit.

 

Est-ce difficile ? Quels sont les prérequis pour s’inscrire à ce cours ?

Encore une fois les gestes sont relativement simples pour faire un vitrail à condition d’être attentifs aux matériaux utilisés. C’est particulièrement vrai avec le verre qui peut s’avérer capricieux et qui nous apprend l’humilité et l’abnégation ! La réelle difficulté réside dans la patience et la motivation pour réaliser un vitrail de A à Z depuis la réalisation du dessin de référence (le carton) jusqu’à l’étamage (la soudure à l’étain) avec la satisfaction doublée souvent d’une surprise au moment de contempler l’aboutissement de ce travail et de se dire comme souvent mes élèves s’expriment avec plaisir et enthousiasme : j’ai réussi à aller jusqu’au bout !

Un grand merci à Frédéric Schendel qui nous a donné quelques informations sur son activité d’artisan du vitrail. Si vous avez aimé cet article et que vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à faire un tour sur son site chefraled.eu ou encore sa page facebook chefraled !

Pour acceder a l'article de Denise Pion sur le site de Pronto pro